X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Partage des Données de Santé PASS Sanitaire: l'accord entre députés et sénateurs permet au gouvernement de tenir son calendrier Quels sont les pays d'Europe qui ont déjà adopté le pass sanitaire ? Macron aux Français : Situation du Coronavirus dans le monde A Bayonne et Nîmes, plusieurs médecins accusés d'avoir escroqué leur CPAM COVID-19 Situation des Vaccins Obligatoires La Roumanie transfère des malades critiques vers la Hongrie et le Danmark fait don de Matériel Médical Médicaments pour les patients atteints du Covid offerts à la Roumanie par l'Autriche Liste des pays à haut risque épidémiologique, mise à jour L'infirmière bosse avec un faux pass: trois morts Tests antigéniques et autotests : le froid peut fausser les résultats Des étudiants de médecine formés à Orléans, dès la rentrée prochaine, par la faculté croate de Zagreb Réserves de sang au plus bas : le cri d'alerte de l'EFS Ontario : Le permis de santé COVID est abandonné après des manifestations à grande échelle Expiré en France, le Passe reste valable au Luxembourg Guerre en Ukraine : L'utilisation par la Russie de l'arme nucléaire tactique est redoutée Faux Médecin obcédé par la Médecine En France, le Covid a fauché près de 100.000 vies de plus qu'en période normale Au moins 120 services d'urgences font face à de graves « difficultés »avant l'été, « du jamais-vu » Pénurie de lait infantile : un avion chargé de 31 tonnes a atterri aux Etats-Unis, un second attendu On a le droit de ne pas aller bien Erreur médicale de grande envergure Une clinique accusée de mentir pour éviter la fermeture de son bloc Fac de médecine d' Orléans : première rentrée Rentrée à la Faculté de Médecine de Târgu-Mures (Roumanie) et Hambourg (Allemagne) Pré-Rentrée à la Faculté de médecine de CLUJ-NAPOCA (Roumanie) L'hôpital public a besoin d'un plan blanc contre la bureaucratie Les Médecins irresponsables
EDITO
C'est un leurre de penser que de jeunes médecins seront aussi efficaces que des médecins aguerris
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire Chirurgie viscérale cà pourrait vous arriver En savoir plus sur les barrières et les EHPAD
LE CONCEPT
Situations d'URGENCES par ERREURS -SANTÉ QUI PEUT NOUS CONTACTER Comment ça marche ?
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    site partenaire www.arime.fr
    OFFRES EMPLOI MEDICAL
  • Futurs ou Nouveaux Retraités
  • Bon Plan Professionnel pour les Aides Soignants et Infirmiers

    COORDONNÉES

    L'HÔPITAL PUBLIC A BESOIN D'UN PLAN BLANC CONTRE LA BUREAUCRATIE

    Plus qu’une affaire de malades, la pandémie aura montré les graves défaillances d’une organisation sanitaire malade d’une bureaucratie qui a fait des hôpitaux l’alpha et l’oméga de sa politique de santé.

    l était déjà activé dans près de 6 régions, le fameux plan blanc pourrait bien être sous peu déployé dans l’ensemble du pays, quelques jours avant l’arrivée probable de l’épidémie hivernale de grippe et alors que la bronchiolite s’est jointe au tableau sanitaire.

    C’est en tout cas ce qui a été annoncé par le ministre de la Santé Olivier Veran invité de France 2 ce jeudi.

    Pour rappel, le plan blanc est un plan d’urgence hospitalière né en 2004 permettant aux responsables et directeurs d’établissements de mettre en œuvre un certain nombre de mesures afin d’assurer l’accueil et la prise en charge d’un grand nombre de patients.

    Déjà déclenché en mars 2020, en pleine première vague, le plan blanc a été élargi à l’ensemble du territoire seulement une semaine après son déclenchement dans le Grand Est et en Île-de-France.

    Mercredi, c’est toujours la région capitale, accompagnée de l’Occitanie, qui a déclenché le dispositif, rejoignant ainsi la Corse, PACA, les Pays de la Loire et la Bourgogne-Franche-Comté.

    Toujours mercredi, Santé publique France a dénombré pas moins de 61 340 nouveaux cas en 24 heures, soit une augmentation de près de 24 % par rapport à la semaine précédente.

    L’agence publique dénombrait le même jour 13 044 patients hospitalisés, soit la même augmentation que le nombre de cas, et 2426 patients en soins critiques.

    Plus qu’une affaire de malades, la pandémie aura montré les graves défaillances d’une organisation sanitaire malade d’une bureaucratie qui a fait des hôpitaux l’alpha et l’oméga de sa politique de santé.

    Une mauvaise allocation des personnels à l’hôpital public

    En 2017 déjà, Jean-Baptiste Boone de l’Iref montrait le problème de la bureaucratisation de l’hôpital public, dont un peu plus de 35 % des emplois ne sont ni médicaux ni paramédicaux, soit plus d’un tiers de plus qu’en Allemagne. Le nombre de personnels de terrain est donc largement insuffisant et cela se ressent notamment s’agissant de la proportion d’infirmiers et de médecins.

    Comme le notait l’OCDE dans son Panorama de la santé 2019, la France ne compte que 10,5 infirmiers pour 1000 habitants contre 12,9 en Allemagne. Le ratio est encore élargi s’agissant du nombre de médecins, qui ne sont que 3,2 pour 1000 habitants contre 4,3 en Allemagne.

    Une mauvaise allocation des financements à l’hôpital public

    La question de la comparaison avec l’homologue d’outre-Rhin, puisqu’au 29 mars 2020, l’Allemagne comptait presque 20 000 cas de plus qu’en France, mais cinq à six fois moins de décès.

    La principale raison évoquée est que l’Allemagne compte presque trois fois plus de lits de réanimations.

    Pourtant, l’Allemagne dépense approximativement la même part de son PIB que la France dans la santé (11,2 contre 11,3 en France).

    En faisant un rapide calcul, on comprend que la chose est plus complexe.

    En 2020, le PIB français était de 2303 milliards d’euros contre 3367 chez nos voisins allemands. La France dépense donc 260 milliards d’euros par an dans sa politique de santé contre 377 pour nos voisins.

    Selon la Banque mondiale, la population hexagonale est aujourd’hui de 67,4 millions d’habitants, quand l’Allemagne en compte 83,2. Malgré cette différence démographique, l’Allemagne parvient à dépenser 4500 euros par habitant dans sa politique de santé contre 3900 pour l’Hexagone.

    Dans le même temps, le taux de prélèvements obligatoires reste de 47,4 % du PIB contre 41,7 % en Allemagne.

    Lorsqu’on prend en compte le différentiel d’emploi visé plus haut, on comprend que la question n’est pas seulement financière, mais d’allocation du budget alloué à ce domaine.

    Une coopération inexistante avec le secteur privé

    Plus qu’une question d’allocation de personnel et de ressources, c’est bien l’organisation de la santé en France qui empêche toute adaptation à des situations de crise. En avril 2020, l’Iref notait ainsi la carence de coopération entre l’ARS et les cliniques privées avec pour conséquence de réduire considérablement la qualité du chemin de soins.

    En août dernier, Denis Dupuy, chirurgien libéral, contait dans nos colonnes les ravages de la bureaucratie hospitalière, évoquant ainsi les décisions des ARS et ses conséquences funestes sur la situation sanitaire.

    Qu’il s’agisse d’une réglementation ubuesque, d’une organisation du personnel déphasée, d’une politique de priorité d’allocation des ressources inexistantes ou d’une organisation administrative aveugle des besoins du terrain, il est difficile de voir dans le déclenchement du plan blanc autre chose qu’une inadaptation totale de notre système de santé aux besoins des Français.

    Source : Contrepoints  Jonathan Frickert 14/12/2021

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES