X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Comment se protéger du Coronavirus,de la Grippe ainsi que de la Gastro-Entérite Fête des Carabins en plein Coronavirus au C.H. de Bigorre à TARBES Communication des Professionnels de Santé Prescription des Arrêts de Travail par le Médecin du Travail Arnaque d'une fausse médecin aux Tests covid-19 facturé à 70 € COVID-19 Grosse Fatigue Vrai Brancardier et Faux Etudiant, Interne en Médecine Le Syndicat national des jeunes généralistes pétitionne pour « dissoudre » l'Ordre Face aux déprogrammations « administratives », les praticiens de bloc alertent sur les pertes de chance? et leur risque juridique accru Erreur Chirurgicale en AUTRICHE Partage des Données de Santé PASS Sanitaire: l'accord entre députés et sénateurs permet au gouvernement de tenir son calendrier
EDITO
Violation de l'information Médicale
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS MÉDICALES causant des Dommages ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ORIGINES DES ERREURS MÉDICALES
FRAUDES MEDICALES
Fausses Expertises Médicales
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire
LE CONCEPT
Situations d'URGENCES par ERREURS -SANTÉ QUI PEUT NOUS CONTACTER Comment ça marche ?
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    site partenaire www.arime.fr
    OFFRES EMPLOI MEDICAL
  • Futurs ou Nouveaux Retraités
  • COORDONNÉES

    DROIT À L'INFORMATION DES PATIENTS

    Droit à l’information des patients préalablement à un acte médical

    Le Conseil d’Etat précise les contours du droit à l’information des patients sur les risques connus d’un acte médical et les modalités d’appréciation de la perte de chance, en l’absence d’une telle information, d’éviter la réalisation de ces risques.

    CE, 19 octobre 2016, Centre hospitalier d’Issoire et autres, n° 391538, A.

    Le code de la santé publique (article L. 1111-2) reconnaît un droit des patients à être informés sur leur état de santé, ce qui implique pour les professionnels de santé d’informer sur les actes et traitements proposés, leur utilité, leur urgence éventuelle, mais également sur leurs risques.
    Mme V. avait subi en 2007 une intervention nécessitant une anesthésie locale dans un centre hospitalier, dont elle avait conservé des séquelles sensitives et motrices à la jambe gauche. Elle n’avait toutefois pas été informée par le centre hospitalier des risques que comportait cette anesthésie et n’avait pu ainsi prendre une décision en connaissance de cause. En pareil cas, la responsabilité de l’hôpital peut être engagée en vue d’obtenir la réparation du préjudice subi, et c’est la perte de chance d’éviter ce dommage qui est alors indemnisée. La difficulté que présentait l’affaire soumise au Conseil d’Etat tenait à la très faible probabilité de réalisation du risque lié à l’anesthésie : en effet, la littérature scientifique relevait que paralysies transitoires pouvaient survenir à la suite d’anesthésies locales telles que celle pratiquée dans 0,1 % des cas et des paralysies définitives dans 0,02 à 0,03 % des cas.
    Le Conseil d’Etat a alors précisé les contours de l’obligation d’information sur les risques, en combinant deux critères : la fréquence de leur réalisation d’une part et leur gravité d’autre part. Ainsi, doivent être portés à la connaissance du patient, préalablement au recueil de son consentement à un acte médical, les risques connus de cet acte qui soit présentent une fréquence statistique significative, quelle que soit leur gravité, soit revêtent le caractère de risques graves, quelle que soit leur fréquence. Le caractère exceptionnel de la réalisation d’un risque de décès ou d’invalidité répertorié dans la littérature médicale ne dispense pas les médecins de le porter à la connaissance du patient. Par ailleurs, la décision précise que la perte de chance d’éviter l’accident qui résulte du défaut d’information doit tenir compte du caractère exceptionnel de ce risque et de l’existence d’autres informations sur des risques de gravité comparable qui ont été données au patient.
    En l’espèce, le Conseil d’Etat a validé le raisonnement de la cour administrative d’appel qui avait indemnisé Mme V. : alors même qu’ils ne se réalisaient qu’exceptionnellement, les risques connus de l’anesthésie subie constituaient des risques graves normalement prévisibles et auraient donc dû être portés à la connaissance de la patiente.

    Source : Lettre de la Justice Administrative n°45-Décembre 2016 du Conseil d'Etat

     

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES