X FERMER

NAVIGATION

Offres Emploi Médical gérés par www.arime.fr
Recherches de Médecins Eurpéens
ACTUALITÉS
Macron aux Français : Situation du Coronavirus dans le monde A Bayonne et Nîmes, plusieurs médecins accusés d'avoir escroqué leur CPAM COVID-19 Situation des Vaccins Obligatoires La Roumanie transfère des malades critiques vers la Hongrie et le Danmark fait don de Matériel Médical Liste des pays à haut risque épidémiologique, mise à jour L'infirmière bosse avec un faux pass: trois morts Services de Soins Critiques Des étudiants de médecine formés à Orléans, dès la rentrée prochaine, par la faculté croate de Zagreb Réserves de sang au plus bas : le cri d'alerte de l'EFS Ontario : Le permis de santé COVID est abandonné après des manifestations à grande échelle L'hôpital public a besoin d'un plan blanc contre la bureaucratie Les Médecins irresponsables Nouvelle page crée le 12/04/2023 à 11:30:11 L'innovation Médicale, une révolution permanente au service de l'humanité Les Perturbateurs de notre société Le retour des soignants non vaccinés à l'hôpital va-t-il créer des tensions au sein des équipes ? Retour des non Vaccinés au Covid Déserts Médicaux Radio NOVA Covid : 72 personnes ont été indemnisées pour des complications après une vaccination Dix médecins Français de Renommée Mondiale Traversée d'un Désert Médical en Ardèche Don du Corps à la science « Nous, soignants » : un documentaire engagé sur la « dilapidation » de notre système de santé sur France 3 Déserts médicaux : c'est officiel, les infirmiers peuvent signer des certificats de décès dans six régions pendant un an Gouttières d'alignement dentaire achetés en ligne : les orthodontistes alertent sur les risques Suspension unilatérale des IJ : le Conseil constitutionnel censure le gouvernement « Sans eux, l'hôpital s'effondre » : des milliers de médecins menacés de perdre leur poste Absurdités des Certificats Médicaux de Complaisance 400 Médicaments génériques bientôt retirés de la vente en Europe ? Dans quel état Emmanuel Macron va-t-il laisser l'économie de la France à ses successeurs ? Impunité, laxisme, corruption : la justice française ne ressemble plus à rien
EDITO
C'est un leurre de penser que de jeunes médecins seront aussi efficaces que des médecins aguerris
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS MÉDICALES causant des Dommages ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ORIGINES DES ERREURS MÉDICALES
FRAUDES MEDICALES
Exercice illégal de la Médecine et/ou Complicité d'Exercie illégal de la Médecine Fausses Expertises Médicales Questions sur le Covid-19
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire Chirurgie viscérale cà pourrait vous arriver En savoir plus sur les barrières et les EHPAD
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    LES ÉVÈNEMENTS
    Conférence à BUCAREST (Roumanie)
    HORAIRES
    HORAIRES
    Sites Partenaires www.arime.fr ou www.arime.eu
    Bon Plan Professionnel pour les Aides Soignants et Infirmiers

    COORDONNÉES

    400 MÉDICAMENTS GÉNÉRIQUES BIENTÔT RETIRÉS DE LA VENTE EN EUROPE ?

    Quelque 400 médicaments génériques bientôt retirés de la vente en Europe ?

    L'Union européenne a demandé à ses membres de retirer du marché 400 médicaments génériques, jugeant que leur efficacité avait été mal évaluée.

    La Commission européenne a demandé fin mai aux États membres de suspendre l'autorisation d'environ 400 médicaments génériques, leur fixant un délai d'un mois – celui-ci expire lundi 24 juin. Ces médicaments couvrent un vaste éventail : anticancéreux, notamment contre la leucémie et le cancer du sein, antidiabétiques, thérapie contre l'infection au VIH, antiépileptiques, traitement de la schizophrénie… Les pays de l'UE sont inégalement concernés, selon les traitements qui y sont approuvés. La France, par exemple, est assez affectée avec 72 médicaments problématiques.

    Un groupe pharma indien incriminé

    Pour rappel, les génériques sont des médicaments dont la molécule de base, la substance active, est tombée dans le domaine public. Leur fabrication n'est donc plus réservée au propriétaire de leur brevet. Leur autorisation obéit à des règles moins strictes qu'un nouveau traitement. Le fabricant de génériques, tel l'israélien Teva ou le français Biogaran, ne doit pas prouver à nouveau leur efficacité clinique ou leur absence de dangerosité. Il doit juste démontrer in vitro que le médicament générique libère la même quantité de substance active que son modèle : c'est la bioéquivalence.

    La suite de votre article après cette publicité

    Or, les fabricants de génériques ne font souvent pas ces tests eux-mêmes. Ils recourent à des sous-traitants, dits « organisations de recherche sous contrat », les CRO. Et l'autorité sanitaire européenne, l'European medecine Agency (EMA), a découvert que l'un de ces groupes, l'indien Synapse Labs, ne menait pas ces tests avec la rigueur requise. « Pour la majorité des traitements testés par Synapse Labs, (...) les données manquent ou sont insuffisantes pour prouver la bioéquivalence », a résumé l'EMA en mars. Comme de nombreux producteurs de génériques recourent aux services de Synapse, le souci ne se résume pas à un fabricant de génériques mais concerne tous les principaux acteurs du secteur.

    Pas de danger immédiat

    Il n'y a pas de danger immédiat et les autorités sanitaires, comme les associations de patients, veillent à ne pas créer la panique. « Il n'y a pas de défaut de fabrication », a insisté auprès de l'AFP Yann Mazens, l'un des responsables de France Assos Santé, principale fédération française d'associations de patients. Mais, « on est face à des produits qui n'ont potentiellement pas la même efficacité car les études n'ont pas rempli les standards », a-t-il précisé. Et si cette moindre efficacité n'est pas prouvée en l'état, elle reste une possibilité et les patients concernés courent donc le risque d'être moins bien traités, parfois sur des pathologies graves et meurtrières.

    Cependant, les autorités nationales ne vont certainement pas retirer lundi tous ces médicaments de marché. D'abord, parce que certains fabricants de ces génériques ont déjà refait des tests et prouvé la bioéquivalence de traitements sur la liste. Ensuite, et surtout, la Commission européenne a laissé une large marge de manœuvre aux États pour ne pas immédiatement retirer des traitements irremplaçables pour les patients.

    Pas d’ordre de grandeur sur les retraits

    « Ces médicaments critiques sont ceux qui auraient de grosses parts de marché ou n'auraient pas d'alternative thérapeutique », a souligné l'agence française du médicament, l'ANSM, interrogée par l'AFP. Dans ce cas, Bruxelles laisse jusqu'à deux ans de délai aux États pour finalement retirer un traitement, au cas où des données probantes n'auraient toujours pas été fournies par le fabricant.

    L'ANSM, qui se prononcera ce lundi 24 juin, mais ne communiquera pas publiquement, dans l'immédiat, se refuse pour l'heure à donner tout ordre de grandeur sur le nombre de retraits immédiats. De même, en Allemagne, autre pays concerné pour de nombreuses références de traitements, l'Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux s'est abstenu de se prononcer auprès de l'AFP.

    L.J. avec AFP  

    Source : Quotidien du Médecin 20/06/2024

    Liste des Génériques par pays :  synapse-article-31-referral-list-medicines-concerned-procedure-annex-i

     

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES