X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Fête des Carabins en plein Coronavirus au C.H. de Bigorre à TARBES COVID-19 Grosse Fatigue Partage des Données de Santé PASS Sanitaire: l'accord entre députés et sénateurs permet au gouvernement de tenir son calendrier Quels sont les pays d'Europe qui ont déjà adopté le pass sanitaire ? Macron aux Français : Situation du Coronavirus dans le monde A Bayonne et Nîmes, plusieurs médecins accusés d'avoir escroqué leur CPAM COVID-19 Situation des Vaccins Obligatoires La Roumanie transfère des malades critiques vers la Hongrie et le Danmark fait don de Matériel Médical Médicaments pour les patients atteints du Covid offerts à la Roumanie par l'Autriche Liste des pays à haut risque épidémiologique, mise à jour L'infirmière bosse avec un faux pass: trois morts Tests antigéniques et autotests : le froid peut fausser les résultats Des étudiants de médecine formés à Orléans, dès la rentrée prochaine, par la faculté croate de Zagreb Réserves de sang au plus bas : le cri d'alerte de l'EFS Ontario : Le permis de santé COVID est abandonné après des manifestations à grande échelle Expiré en France, le Passe reste valable au Luxembourg Deux médecins de Kiev se sont mariés en temps de guerre Guerre en Ukraine : L'utilisation par la Russie de l'arme nucléaire tactique est redoutée Faux Médecin obcédé par la Médecine En France, le Covid a fauché près de 100.000 vies de plus qu'en période normale Au moins 120 services d'urgences font face à de graves « difficultés »avant l'été, « du jamais-vu » Pénurie de lait infantile : un avion chargé de 31 tonnes a atterri aux Etats-Unis, un second attendu On a le droit de ne pas aller bien La France demande aux citoyens de porter à nouveau des masques dans les espaces bondés Erreur médicale de grande envergure Une clinique accusée de mentir pour éviter la fermeture de son bloc
EDITO
C'est un leurre de penser que de jeunes médecins seront aussi efficaces que des médecins aguerris
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS MÉDICALES causant des Dommages ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ORIGINES DES ERREURS MÉDICALES
FRAUDES MEDICALES
Exercice illégal de la Médecine et/ou Complicité d'Exercie illégal de la Médecine
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire Chirurgie viscérale cà pourrait vous arriver En savoir plus sur les barrières et les EHPAD
LE CONCEPT
Situations d'URGENCES par ERREURS -SANTÉ QUI PEUT NOUS CONTACTER Comment ça marche ?
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    site partenaire www.arime.fr
    OFFRES EMPLOI MEDICAL
  • Futurs ou Nouveaux Retraités
  • Bon Plan Professionnel Aides Soignants et Infirmiers

    COORDONNÉES

    PARTAGE DES DONNÉES DE SANTÉ

    Applis mobiles de santé, montre connectée, plateforme de gestion des rendez-vous médicaux… Le partage et le traitement des données personnelles de santé ne va pas de soi. Une étude menée par Capterra, société de comparaison de logiciels, a mesuré le degré d'adhésion auprès de 1 017 Français, lors d’une enquête en ligne en avril dernier.

    D'une manière générale, 36 % des sondés se disent « inquiets » quant aux données qu’ils partagent avec les institutions médicales auxquelles ils ont affaire – qu’il s’agisse des logiciels utilisés par leur médecin ou ceux de leur hôpital. Une petite moitié n'est absolument pas préoccupée par la question de la protection des données dans le cadre de ces échanges.

    Décompte de pas et suivi du sommeil en tête 

    Podomètres, gestion du poids ou du sommeil… Capterra s’est penché sur l’usage des applis de santé dans la population, des outils qui agrègent des données médicales, de manière parfois opaque pour leurs utilisateurs. « L’Apple Watch se targue de pouvoir détecter les premiers symptômes grippaux et de prédire une possible infection au COVID-19. (…) En Allemagne, la plateforme Doctolib est aujourd’hui épinglée pour avoir partagé des données sensibles avec Facebook et Outbrain », illustre la société.

    Un tiers des utilisateurs d’applis de santé affirment le faire sur conseil de leur médecin et 67 % sans aucune recommandation. En tête des outils les plus prisés : le décompte de pas (55 % des utilisateurs), le suivi du sommeil (38 %) et le contrôle du rythme cardiaque (29 %). Viennent ensuite l’application TousAntiCovid et le suivi de régime alimentaire. Seuls 11 % d’entre eux utilisent une appli de gestion de prise de médicaments et 6 % de suivi de la consommation de tabac, d’alcool ou de drogue. Et 5 % ont une appli pour gérer leur diabète. 

    Où sont stockées ces données ?

    Ces Français se révèlent mal informés quant à l’utilisation de leurs data. Ainsi, 47 % des amateurs d'applis ne savent pas à quelles fins sont traitées leurs données personnelles : publicités ciblées, gestion par des tiers.  Qu’ils s’agissent d’une montre connectée ou d’un smartphone, les données générées lors de l’activation de ces logiciels peuvent être stockées, soit localement sur l’appareil, soit sur un serveur externe. « Les utilisateurs devront s’enquérir eux-mêmes de cette information en consultant les conditions d’utilisation de l’application ou en contactant l’éditeur », souligne Capterra.

    La HAS avait publié dès 2016 un premier référentiel permettant d’évaluer la fiabilité médicale et la sécurité de ces applis, puis des règles de bonnes pratiques sur la protection de la santé mobile. Ce référentiel vient d'être mis à jour. Il établit les critères de qualité du contenu médical pour le référencement des services dans le futur espace numérique de santé et le bouquet de services des professionnels. L’espace de santé numérique, « Mon Espace Santé », lancé en 2022, agrégera un store d’applications labélisé par l’État.

    Des réticences face à l'IA 

    Dernier enseignement : les sondés se déclarent majoritairement frileux quant à l’usage personnel de l’intelligence artificielle en santé. Deux tiers d'entre eux se disent mal à l’aise à l’idée de partager leur historique médical avec un assistant virtuel – ou chatbot – avant une consultation. Même niveau d'inquiétude à l'idée de faire vérifier son diagnostic ou son traitement par un algorithme d’IA. Quant à imaginer se faire prescrire des médicaments par un logiciel d’intelligence artificielle, trois quarts des sondés y sont réticents. 

    Source : Léa GALANOPOULO,Quotidien du Médecin,5/07/2021

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES