X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Fête des Carabins en plein Coronavirus au C.H. de Bigorre à TARBES Communication des Professionnels de Santé Prescription des Arrêts de Travail par le Médecin du Travail Arnaque d'une fausse médecin aux Tests covid-19 facturé à 70 € COVID-19 Grosse Fatigue Vrai Brancardier et Faux Etudiant, Interne en Médecine Le Syndicat national des jeunes généralistes pétitionne pour « dissoudre » l'Ordre Face aux déprogrammations « administratives », les praticiens de bloc alertent sur les pertes de chance? et leur risque juridique accru Erreur Chirurgicale en AUTRICHE Partage des Données de Santé PASS Sanitaire: l'accord entre députés et sénateurs permet au gouvernement de tenir son calendrier Quels sont les pays d'Europe qui ont déjà adopté le pass sanitaire ? Macron aux Français :"Allez-y ! Posez moi vos questions " sur la vaccination ! Les Sages valident l'obligation de vaccination des soignants et l'extension du pass sanitaire, sauf Situation du Coronavirus dans le monde A Bayonne et Nîmes, plusieurs médecins accusés d'avoir escroqué leur CPAM COVID-19 Situation des Vaccins Obligatoires
EDITO
Violation de l'information Médicale
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS MÉDICALES causant des Dommages ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ORIGINES DES ERREURS MÉDICALES
FRAUDES MEDICALES
Fausses Expertises Médicales
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire
LE CONCEPT
Situations d'URGENCES par ERREURS -SANTÉ QUI PEUT NOUS CONTACTER Comment ça marche ?
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    site partenaire www.arime.fr
    OFFRES EMPLOI MEDICAL
  • Futurs ou Nouveaux Retraités
  • COORDONNÉES

    PASS SANITAIRE: L'ACCORD ENTRE DÉPUTÉS ET SÉNATEURS PERMET AU GOUVERNEMENT DE TENIR SON CALENDRIER

    Ce fut un week-end charnière -et sans doute décisif- dans la lutte contre le Covid. Alors que les manifestants ont défilé plus nombreux que jamais samedi, cela n'a entamé ni la progression de la vaccination, ni la détermination de l'exécutif. Et, le projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire ayant finalement débouché dimanche après-midi sur un accord entre députés et sénateurs en commission paritaire, cela devrait permettre de tenir le calendrier serré sur l'entrée en application du pass sanitaire étendu début août. Le nouveau texte a ensuite été voté en soirée par l'Assemblée et par le Sénat. Avant sa promulgation, il doit encore passer le filtre du Conseil constitutionnel, comme promis par le Premier ministre, Jean Castex.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, le Sénat avait à son tour voté, par 199 voix contre 123, le projet de loi qui prévoit l'obligation vaccinale pour les soignants et l'extension controversée du pass sanitaire. Mais la version sénatoriale comportait d'importantes modifications par rapport au texte approuvé par l'Assemblée nationale.

    Pas de licenciement pour les soignants récalcitrants

    Le compromis finalement trouvé entre députés et sénateurs prévoit qu'il n'y aura pas de licenciement pour les personnes qui ne respecteraient pas l'obligation vaccinale du fait de leur profession – les soignants notamment — mais une suspension du salaire : ce point avait été âprement discuté dans les deux chambres. En outre, le dispositif de pass ne pourra se poursuivre au-delà du 15 novembre qu'avec un nouveau vote du Parlement. Les contrôles relèveront de la police administrative et non du pénal. Et il n'y aura finalement pas de pass dans les centres commerciaux mais pour les seuls restaurants qui s'y trouveraient. Enfin, comme le souhaitaient les sénateurs, c'est l'assurance maladie qui contrôlera en premier lieu l'isolement obligatoire pour les contaminés par le Covid, avant une intervention des forces de l'ordre en cas de besoin.

    Parallèlement, l'exécutif continue à pousser la vaccination, dans l'espoir de passer le cap des 40 millions de primo-vaccinés "d'ici lundi au plus tard", avec un mois d'avance sur l'objectif initial. Depuis la Polynésie où il est en déplacement, Emmanuel Macron a d'ailleurs lancé dimanche "un message très fort pour appeler chacune et chacun à se faire vacciner"

    Enfin, même s'il se termine par un accord des deux assemblées, le week-end n'a pas été si consensuel. Après une première mobilisation nationale le 17 juillet, des dizaines de manifestations ont en effet à nouveau eu lieu samedi. "Pour la liberté" et "contre la dictature sanitaire" : plus de 160 000 personnes (dont 11 000 à Paris), selon le ministère de l'Intérieur, avaient encore défilé samedi sur tout le territoire.

     Source : Quotidien du Médecin 27/07/2021 avec AFP

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES