X FERMER

NAVIGATION

ACTUALITÉS
Fête des Carabins en plein Coronavirus au C.H. de Bigorre à TARBES COVID-19 Grosse Fatigue Partage des Données de Santé PASS Sanitaire: l'accord entre députés et sénateurs permet au gouvernement de tenir son calendrier Quels sont les pays d'Europe qui ont déjà adopté le pass sanitaire ? Macron aux Français : Situation du Coronavirus dans le monde A Bayonne et Nîmes, plusieurs médecins accusés d'avoir escroqué leur CPAM COVID-19 Situation des Vaccins Obligatoires La Roumanie transfère des malades critiques vers la Hongrie et le Danmark fait don de Matériel Médical Médicaments pour les patients atteints du Covid offerts à la Roumanie par l'Autriche Liste des pays à haut risque épidémiologique, mise à jour L'infirmière bosse avec un faux pass: trois morts Tests antigéniques et autotests : le froid peut fausser les résultats Des étudiants de médecine formés à Orléans, dès la rentrée prochaine, par la faculté croate de Zagreb Réserves de sang au plus bas : le cri d'alerte de l'EFS Ontario : Le permis de santé COVID est abandonné après des manifestations à grande échelle Expiré en France, le Passe reste valable au Luxembourg Guerre en Ukraine : L'utilisation par la Russie de l'arme nucléaire tactique est redoutée Faux Médecin obcédé par la Médecine En France, le Covid a fauché près de 100.000 vies de plus qu'en période normale Au moins 120 services d'urgences font face à de graves « difficultés »avant l'été, « du jamais-vu » Pénurie de lait infantile : un avion chargé de 31 tonnes a atterri aux Etats-Unis, un second attendu On a le droit de ne pas aller bien La France demande aux citoyens de porter à nouveau des masques dans les espaces bondés Erreur médicale de grande envergure Une clinique accusée de mentir pour éviter la fermeture de son bloc Fac de médecine d' Orléans : première rentrée Rentrée à la Faculté de Médecine de Târgu-Mures (Roumanie) et Hambourg (Allemagne) Pré-Rentrée à la Faculté de médecine de CLUJ-NAPOCA (Roumanie)
EDITO
C'est un leurre de penser que de jeunes médecins seront aussi efficaces que des médecins aguerris
SITE GRATUIT
Site Gratuit
ERREURS MÉDICALES
ERREURS MÉDICALES causant des Dommages ERREURS PAR LE PERSONNEL SOIGNANT ORIGINES DES ERREURS MÉDICALES
LES MERCENAIRES INTÉRIMAIRES
Ces Médecins devenus de véritables Mercenaires
EXEMPLES DE CAS
Chirurgie ophtalmique Chirurgie orthopédique Chirurgie Dentaire Chirurgie viscérale cà pourrait vous arriver En savoir plus sur les barrières et les EHPAD
LE CONCEPT
Situations d'URGENCES par ERREURS -SANTÉ QUI PEUT NOUS CONTACTER Comment ça marche ?
NOS PRESTATIONS
Notre Expertise
  • QUI SOMMES-NOUS
  • Nos Services et Domaines de Compétences
    NOUS CONNAÎTRE
    Daniel DUVAL
    site partenaire www.arime.fr
    OFFRES EMPLOI MEDICAL
  • Futurs ou Nouveaux Retraités
  • Bon Plan Professionnel pour les Aides Soignants et Infirmiers

    COORDONNÉES

    EN FRANCE, LE COVID A FAUCHÉ PRÈS DE 100.000 VIES DE PLUS QU'EN PÉRIODE NORMALE

    De mars 2020 à décembre 2021, entre 130.000 et 146.000 Français sont décédés du Covid. La surmortalité totale est de 95.000 décès, selon l'Insee. Pour mesurer pleinement l'impact de l'épidémie, il faut tenir compte du vieillissement de la population, des décès qui allaient de toute façon survenir et de ceux qui ont au contraire été évités.

    Par Solveig Godeluck

    Publié le 19 mai 2022 à 17:44 Mis à jour le 19 mai 2022 à 17:45

    Le Covid, combien de victimes ? Quand la page de l'épidémie sera tournée , et que l'on racontera ces années terribles, il faudra bien choisir ses statistiques. Dans le feu de l'action, la France a eu les yeux rivés sur le compteur des décès directement attribuables au Covid. De mars 2020 à décembre 2021, il est estimé entre 130.000 morts (dont 124.000 à l'hôpital) et 146.000, selon le CépiDC, le centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès.

    Mais l'Insee a retravaillé les données pour évaluer la surmortalité par rapport à la tendance hors Covid. L'institut a publié ce jeudi un tableau légèrement moins sombre, avec 95.000 « sur-décès » en France sur la période. Comme la surmortalité a persisté en janvier-février 2022 (aux taux de 7,8 % puis 2,4 %), on est probablement au-delà de 100.000 aujourd'hui.

    La surmortalité a peu diminué en 2021

    Pour faire ce calcul, il a fallu prendre en compte la tendance naturelle à la hausse du nombre de décès. Elle s'explique par le vieillissement de la population (14.000 décès supplémentaires attendus en 2020), par un jour en plus en 2020 (1.900 décès en plus avec l'année bissextile). Les progrès de l'espérance de vie (6.900 décès de moins) ne suffisent pas à contrebalancer ces effets.

    Résultat : en 2020, il aurait dû y avoir 622.200 décès. En réalité, il y en a eu 46.700 de plus, soit 7,5 % de surmortalité. Une très grande partie de cette surmortalité peut être attribuée directement ou indirectement au Covid - la gravité de la canicule ou la virulence du virus de la grippe de l'année n'ont vraisemblablement eu qu'un rôle marginal cette année-là.

    Ce décompte exclut donc les personnes qui sont décédées du Covid mais qui n'auraient de toute façon pas survécu en raison d'autres maladies, diabète, complications cardiovasculaires, etc. Il est également net des décès évités grâce aux deux confinements de l'année, avec une baisse des accidents de la route et des suicides. Avec le masque, il y a aussi eu beaucoup moins de grippes et de virus à l'issue fatale.

    En 2021, la surmortalité n'a pas beaucoup diminué, à 6,3 %. Pendant la deuxième année de crise, les Français étaient pourtant mieux protégés, grâce à l'arrivée des vaccins. Mais il y a aussi eu deux mois de Covid supplémentaires par rapport à l'année précédente, et des variants encore plus transmissibles, de Delta à Omicron.

    De plus, il n'y a eu qu'un confinement, assez léger, pour trois vagues de contagion. La vie a repris à un rythme un peu plus normal, les déplacements dans les transports en commun sont quasiment revenus à leur niveau antérieur en juin 2021. Il n'y a certes pas eu de grippe au début de l'année mais les tentatives de suicide et les passages aux urgences pour traumatisme ont repris leur cours habituel au deuxième semestre. Surtout, le retard de soins et de dépistage a commencé à faucher les survivants de 2020.

    « Effet moisson »

    L'Insee met également en évidence les conséquences de « l'effet moisson » dans la deuxième année de crise. En 2020, de nombreuses personnes âgées de plus de 75 ans ont été emportées par le Covid. Ce sont autant de victimes en moins pour 2021. Ce phénomène a même entraîné une baisse de la surmortalité chez les plus de 85 ans, et sa disparition chez les plus de 95 ans.

    A l'inverse, la surmortalité des 35-74 s'est accrue en 2021 (7 % contre 3 % en 2020) vu l'ampleur de la contagion et la succession des vagues. Pour les moins de 35 ans, la sous-mortalité observée en 2020 s'est évaporée en 2021. Mais chez les jeunes, ce ne sont pas les morts du Covid qui sont en cause, plutôt les comportements à risque qui sont de retour.

    Source: Solveig Godeluck les Echos le 19/05/2022

    LES ACTUALITÉS ARCHIVÉES